FLASH INFOS }
dept. 53 : Schéma régional des structures : toujours plus... - dept. 53 : Interpellation G.Garot vendredi 11h00 ! - dept. 53 : L’ADEARM recrute ! - dept. 53 : Soirée projection débat sur la transmission le jeudi 3 octobre à Château-Gontier - dept. 53 : Planète en Fête : la conf parle de la PAC - dept. 53 : covoiturage Mayenne 11 mai NDDL - dept. 53 : l’ADEARM recrute ! - dept. 53 : En 2013 : Le Programme « Agriculture Paysanne » continue en Mayenne ! - dept. 53 : A l’heure du débat sur la transition énergétique, il est temps de reparler de l’éolien ! - dept. 53 : Bien dans sa ferme en Mayenne : "Transmettre pour installer" -
  • Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%) Indice des fermages 2017 : 106,28 (-3.02%)

    SMIC : Montants au 1er janvier 2017 (cas général) smic horaire brut 9.76€ smic brut mensuel (base 35h) 1 480,27 €

  • Les cafés installation à venir Les cafés installation à venir

    27/11/17 : La Roche sur Yon (85) 5/12/17 : Frossay (44)

menu Actualités Syndicalesmenu Agriculture Paysannemenu Transmission Installationmenu Publicité Foncière
Accueil site > Actualités syndicales > Incendies à Morlaix : le reflet de l’industrialisation de l’agriculture

Incendies à Morlaix : le reflet de l’industrialisation de l’agriculture

mercredi 1er octobre 2014, par Confédération Paysanne de Vendée

La MSA et le Centre des Impôts incendiés, des responsables syndicaux qui approuvent… Les événements qui se sont déroulés à Morlaix le 19 septembre sont inacceptables. Ils contribuent à dégrader l’image du monde agricole mais reflètent toutefois un modèle agricole qui a atteint ses limites.

En faisant de la compétitivité, de l’exportation, des cours de bourse, les seules réponses à la crise économique en général et à la crise agricole en particulier, les pouvoirs publics se rendent implicitement responsables de cette colère dirigée contre les outils collectifs de mutualisation, de redistribution et de réglementation.

Après les fruits et légumes, le risque est grand de voir monter les mêmes colères pour le lait ou la viande bovine. La création d’une ferme-usine de 1000 vaches dans la Somme ou d’un centre d’engraissement de 1000 taurillons dans le Limousin menacent directement les centaines de milliers d’emplois de ces filières et les revenus des producteurs. Les pouvoirs publics devraient avoir le courage politique de prendre parti contre l’agriculture industrielle qui entraîne un démantèlement de l’emploi agricole, et défendre une agriculture paysanne, garante de territoires vivants et dynamiques et pourvoyeuse d’une alimentation de qualité.

Les paysans doivent aujourd’hui se battre ensemble pour s’assurer un avenir. Mais se battre, ce n’est pas détruire ce qu’il nous reste de commun. Se battre, c’est peser, c’est pointer du doigt les véritables responsables et profiteurs de la dérive de l’agriculture, c’est chercher des alliés chez nos concitoyens, c’est refuser les chimères qui nous enchaînent à chaque fois un peu plus, c’est considérer notre métier comme une part essentielle du fonctionnement de la société.

Contacts :

Hubert Piveteau, porte-parole départemental : 06 82 91 69 24

Michel Jolly, porte-parole départemental : 06 72 72 69 97

Site Internet financé avec le soutien du Conseil Régional des Pays de la Loire

Conseil Général des Pays de Loire
Confédération Paysanne des Pays de Loire